L’année 1930


Mon amant de Saint-Jean – Lucienne Delyle

Dimanche 16 novembre 1930

Sous une pluie battante, Marcel Cognasson est à nouveau sur la ligne de départ, devant le Café du Petit Duc, quai de Grenelle.

Les 51 concurrents s’élancent au signal donné par le député Boucheron. Malgré une petite allure, un concurrent dérape et entraîne dans sa chute quatre autres coureurs, dont Bourdin qui se casse la clavicule, et Cognasson qui repart heureusement sans dommage.

Sur le boulevard Victor, Cognasson s’élance et prend la tête.

Dans la côte de la Porte de Versailles, il lâche ses adversaires. Seul De Dooy reste dans sa roue.

Salzac réussit à revenir à 50 mètres derrière au niveau de la Porte de Chatillon.

Arrivés au passage à niveau de Montsouris, celui-ci est fermé. Les spectateurs soulèvent la barrière et les coureurs passent.

au passage à niveau, Salzac N°12 et Cognasson (tête baissée)

10h30

À la Porte de Charenton, Cognasson, De Dooy et Salzac sont toujours ensemble, mais peu après, Salzac est lâché.

Et ce n’est que seulement au sprint final que Cognasson l’emporte d’une demi-longueur.

Marcel Cognasson et William De Dooy

1er Marcel Cognasson sur Galland, en 1h40, 2e De Dooy, 3e Salzac en 1h43, suivent Alleyrat (1h45), Bernard (1h47), Bravard, Lafargue, Voltzenlogel, Benoit, Guenin, etc…

19291931

retour sur la liste des années


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *